LA LIBERATION DE LA DRÔME

La Bataille de Montélimar

Le 20 août, l'armée allemande en retraite traverse le Rhône. Le 21, les Alliés arrivent dans la plaine de Montélimar pour bloquer toutes les voies de retraite vers le nord dans la vallée du Rhône. Le 22 ont lieu les premiers accrochages.
Les Alliés s'emploient à attaquer Montélimar dont ils sont repoussés. D’autres renforts, venant de Grenoble, participent, le 24 août, à l’attaque de Valence, sans succès, avant de se retirer vers Crest. Des centaines de FFI se battent aux côtés des Américains. 
Le 24, ordre est donné de rassembler les diverses divisions allemandes et de "nettoyer" le terrain entre le Roubion et la vallée de la Drôme. Mais les attaques ne sont pas suffisantes pour  faire se replier les Alliés au-delà de Crest et les éloigner, ainsi, de la vallée. 
La sortie de la zone entre Montélimar et la Drôme est de plus en plus difficile : la route est encombrée de véhicules et matériels pilonnés par les tirs d’artillerie et les attaques aériennes. Au total, 80 % de l'armée allemande a pu sortir et rejoindre quelques jours plus tard les troupes refluant de Normandie. Les Alliés, qui la talonne, libèrent les villes peu à peu : le 27 août, Pierrelatte et Donzère, le 28, Montélimar et Livron, le 29, Loriol, le 30, Portes-lès-Valence, Romans et Bourg-de-Péage.
Les Allemands quittent définitivement le département le 1er septembre

Les troupes américaines arrivent à Die, 9 J 306
Quelques unités américaines sont envoyées vers Grenoble et dans la vallée de la Drôme. Le 20 les premières troupes sont déjà à Die.
Les troupes américaines arrivent à Die, 9 J 307
Entre Montélimar et Valence, 9 J 148
Les restes de l'armée allemande après la coupure du pont de Livron, 9 J 387
Une crue subite de la Drôme le 27 recouvre pendant 12 heures les gués installés à l’ouest du pont détruit.
La débacle allemande, 9 J 386
Libération de Valence, 9 J 308
Le 31, Valence est libérée par les compagnies FFI, tout comme Tain-l’Hermitage et Saint-Vallier.