LA LIBERATION DE LA DRÔME

Les Alliés arrivent

Avant que les troupes alliées ne débarquent sur les côtes de Provence et n’arrivent dans la Drôme, les aviateurs ont de nouvelles missions :  la destruction de nombreuses cibles (principalement ponts routiers et de voies ferrés, mais aussi gares ferroviaires, terrains d’aviation, dépôts de carburant …), afin qu’une fois ces infrastructures détruites, les Allemands soient considérablement gênés dans leurs déplacements.
Les jours précédant et suivant le débarquement, les bombardements se multiplient, notamment,  les 24 juillet et 15 août, le terrain d’aviation de la Trésorerie à Valence est visé, causant 50 morts à Valence, Chabeuil et Malissard.
Au total, en moins d’un mois, plus de 500 morts en Drôme et plus de 200 en Ardèche…
Afin d’éviter de nouvelles bavures, le commandant Legrand, chef des FFI de la Drôme, demande le 15 août à "Gérard" (Henri Faure), qui dirige la S.A.P (Section Atterrissages et Parachutages), de faire sauter le pont routier de la RN 7 qui enjambe la Drôme, entre Loriol et Livron. 
Devant le succès du débarquement de Provence le 15 août 1944 et la remontée rapide vers le Nord des troupes alliées (Task Force et 36ème division) , Hitler ordonne à toutes les troupes allemandes du sud de la France (la XIXe Armée), sauf aux divisions de Toulon et de Marseille, de se replier sur une ligne de défense Sens-Dijon-frontière.

Les 2 et 6 août, la gare de triage de Portes-lès-Valence est touchée : 12 morts, 9 J 15
La préfecture après le bombardement, 9 J 109
Les 15 et 18 août, à Valence, le pont de pierre sur le Rhône visé est finalement touché : le 15, les bas quartiers, la Préfecture, la maternité de l’hôpital sont détruits, 280 morts ; 20 supplémentaires le 18
La préfecture après le bombardement, 9 J 110
Les 15 et 18 août, à Valence, le pont de pierre sur le Rhône visé est finalement touché : le 15, les bas quartiers, la Préfecture, la maternité de l’hôpital sont détruits, 280 morts ; 20 supplémentaires le 18
Rues de Saint-Vallier, 9 J 91
Le 16 août, Saint-Vallier et Pont-de-l’Isère comptent respectivement 96 et 17 tués
Sabotage du pont de Livron, 9 J 147
Dans la nuit du 16 au 17 août, les maquisards passent devant le cantonnement des gardes à l’entrée du pont, creusent des puits de mine dans le parapet-même du pont et y placent 180 kilos de plastic ; à 1h 30, l’arche sud de 27 mètres s’écroule dans la rivière